Swing à Séville

       Le dernier concert du Septembre Musical est, traditionnellement, dédié au jazz.  Pour ses 35 ans, le festival a reçu samedi 1er octobre, à Bagnoles-de- l’Orne, le trompettiste Geoffroy Tamisier, au projet original : marier le blues et le flamenco. Et il est vrai que ces deux genres, nés pourtant de part et d’autre de l’Atlantique, ont de nombreux points communs : populaires, issus du chant et de la voix humaine, fondés sur des structures répétitives… Et, le flamenco, comme le blues, ne donnent-ils pas tout simplement envie de frapper dans les mains ? Les délicats palmas de la chanteuse et danseuse Rachel Gaiguant sont là pour nous le rappeler.  Les musiciens,  Laurent Jaulin (guitare flamenca), Tomoko Katsura (violon), Guillaume Grosbard (contrebasse) et Gueorgui Kornazov (trombone) alternent des compositions personnelles de Geoffroy Tamisier et de Laurent Jaulin et des musiques traditionnelles du répertoires franco-andalou. Le résultat, magnifique, tout en nuances et en retenue, mêle la danse, parfois le chant, des mélodies aux beaux accents espagnols et latins (le PrologueBébé de Hermeto Pascoal, le beau violon dans le Tango de la noche) et le blues. L’ensemble est une architecture à la fois complexe et fluide : les deux genres se superposent et s’enrichissent l’un l’autre.  Karine, de Geoffroy Tamisier épouse le rythme lent du blues, auquel s’ajoutent la guitare flamenca et la danse… La très belle Sévillanas est chantée de façon traditionnelle, mais la voix gutturale du trombone, dans l’introduction,  c’est bien celle du swing … Gueorgui Kornazov est d’ailleurs incroyable d’un bout à l’autre du concert, improvisant sur tous les rythmes et tous les sons. La trompette de Geoffroy Tamisier est particulièrement émouvante. C’est à Miles Davis que l’on pense, et pas seulement à cause de la reprise du Concerto d’Aranjuez. Le son est doux et rêveur (Le sourire des femmes étoiles, bel hommage au pianiste et compositeur argentin Gerardo Jerez Le Cam), feutré et en même temps solaire. Improvisation, ouverture aux autres, imprégnation de cultures différentes, recherche de nouveaux rythmes et sons … Pas de doute, c’est bien du jazz.

 

 

 

0 réflexion sur « Swing à Séville »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *