Gulf Stream Jazz festival (1) : Tingvall Trio

        Assister à la naissance d’un festival de jazz a quelque chose d’émouvant. Qui sait ce qu’il deviendra ? Un chapiteau blanc posé sur le port, l’odeur de la mer, et Jersey en ligne de mire… Le tout nouveau Gulf Stream Jazz Festival de Barneville- Carteret, qui s’est tenu du 13 au 15 juillet, invite d’emblée au rêve et à l’évasion. En cette première soirée, nombreux étaient les passionnés venus écouter le quintet de Kyle Eastwood ; très peu connaissaient le Tingvall Trio, programmé en première partie. Ce fut une véritable révélation. Le Suédois Martin Tingvall (piano et composition), le cubain Omar Rodriguez Calvo (contrebasse) et l’Allemand Jürgen Spiegel (batterie) font pourtant des ravages en Europe du Nord, où ils enchaînent succès et récompenses depuis quelques temps déjà. Ils présentaient ce soir de larges extraits de leur nouvel album Cirklar, sorti en 2017. L’énergie, le dynamisme et l’extraordinaire charisme du trio sont incroyables. Un souffle épique, a balayé le chapiteau, car ces trois-là nous racontent des histoires, de ces sagas et légendes venues du Nord, tel  le magnifique « spoksteg » mettant en scène des traces de pas dans la neige…  un fantôme ? Ou encore « vägen », la route : celle des épopées vikings, celle, surtout, de ce trio qui a déjà parcouru un long chemin. Le rythme est vif, parfois hypnotique (dans « bumerang » ou « Sjuan »). Mais ce que l’on retient surtout, ce sont les extraordinaires mélodies de Martin Tingvall, d’un lyrisme rare, souvent mises en valeur par la très belle contrebasse mélancolique d’Omar Rodriguez Calvo, dans « Nimis » et « Bland Molnen » en particulier. Le programme se clôt par la très énergique danse « Mustasch », et  si les spectateurs n’ont pas suivi l’invitation à danser de Martin Tingvall, c’est parce qu’ils étaient écrasés sur leur siège, hébétés et assommés par la tempête scandinave qui s’est abattue sur Barneville ce soir-là. Espérons que d’autres festivals français mettent à leur tour à l’honneur ce trio exceptionnel, qui a si majestueusement ouvert le Gulf Stream Festival !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *