Gulf Stream Jazz Festival (2) Kyle Eastwood Quintet

      Invité en ouverture du tout nouveau festival de Barneville-Carteret, le quintet de Kyle Eastwood  enthousiasme toujours autant le public français.  Le bassiste et ses compères de longue date, Quentin Collins (trompette), Brandon Allen (saxophone), Andrew McCormack (piano) et Chris Higginbottom (batterie) ont revendiqué haut et fort leurs racines, celles du hardbop,  dont l’influence est de nouveau très prégnante dans leur huitième album, In transit, dont ils ont joué de larges extraits ce soir : « Rockin’Ronnies », « soulful time », « mov’in », compositions originales, ou encore « boogie stop shuffle », du grand Mingus… Improvisations impeccables, virtuosité impressionnante. Ces cinq musiciens exceptionnels s’imposent comme les dignes héritiers des boppers les plus brillants, tout en renouvelant subtilement leur inspiration. Témoin, le magnifique hommage au chanteur Al Jarreau, écrit par Andrew McCormack, ou encore la très mélancolique reprise du thème d’amour de Cinéma Paradiso, d’ Ennio Morricone, par Brandon Allen au saxo soprano.  Plus éloignée des racines bop, l’ancienne composition de Kyle Eastwood, « Marrakech », offre une belle mélodie d’inspiration orientale qui culmine dans un déchaînement musical au rythme implacable. Lyrisme, énergie et voyage… Décidément, ce beau festival de jazz s’ouvre sous les meilleurs auspices !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *