Aux racines du jazz

     Samedi 10 novembre, pour le dernier concert de la saison 2018, l’association des Trottoirs Mouillés recevait à Bagnoles de l’Orne  le très dynamique  Kora jazz trio, largement plébiscité. Pionnier du jazz afro-européen, le groupe a été fondé en 2002 par le pianiste, compositeur et arrangeur sénégalais Abdoulaye Diabaté. Part IV est leur dernier album, sorti en février 2018. C’est bien sûr la kora de Chérif Soumano qui est mise à l’honneur. Instrument traditionnel malinké, la kora se marie parfaitement avec la modernité du jazz. Le son à la fois cristallin, doux et puissant de  cet instrument sacré permet de mettre en valeur aussi bien  les mélodies africaines ( Djanffa, ou encore Kuma) que les chansons aux accents latins, les belles reprises de Sodade et Via Con me, ou encore la magnifique composition colombienne Kora ya me voy. Les racines du jazz, il faut aller les chercher plus encore dans la section rythmique, les congos entêtants de Moussa Sissokho, les timbales déchaînées de Boris Caicedo. Entre les deux, les improvisations du  pianiste et de la bassiste (impressionnante Héléna Recalde) font le lien, tissant la toile du swing. Alors l’étonnante reprise de légendaire Moanin’ d’Art Blakey prend tout son sens et arrive comme une évidence : mélodie entêtante, sens implacable du swing, rythme envoûtant… Décidément, la Kora a définitivement sa place dans le jazz !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *